PLUMAËLLE - plumaelle.ecriture@gmail.com - 06 71 28 66 95 -

Le métier de graphopédagogue

En quoi consiste ce tout nouveau métier ?

« Rééducatrice de l’écriture » ; ça consiste en quoi exactement ?

De nos jours, la plupart des gens savent écrire. Il n’est pas question ici d’orthographe ou de syntaxe, mais bel et bien du fait de coucher des signes sur un support à l’aide d’un outil.

Pour faire plus simple : tracer des lettres, des mots, des phrases , des textes, ou des chiffres sur une feuille à l’aide d’un crayon.

Oui, mais, qui n’a jamais dit ou entendu dire : « ah là là, tu écris vraiment comme un cochon… » ;  » mais c’est pas possible ces médecins, on arrive jamais à lire ce qu’ils ont écrit… » ;  » c’est bien une écriture de gaucher ça ! » ;  » écris toi ! moi j’écris trop mal » ; « oh, vous avez une belle écriture d’instit. vous »….

De fait, face à l’écriture, tout le monde n’a pas les mêmes manières de faire, les mêmes habitudes, les mêmes gestes et tout simplement les mêmes vécus d’apprentissage.

Il est un fait que les enseignants des plus basses classes transmettent de manières un peu fluctuantes les gestes et modèles ( ils ont eux aussi appris comme ça…). Que le temps de la plume, des encriers , buvards, pleins et déliés légèrement arbitraires est révolu. Qu’avec les années, chacun s’approprie des formes et des techniques plus ou moins heureuses. Que les crayons se sont démultipliés en tellement de gadgets… qu’il est difficile de se dire que tout ça… bah, c’est vrai, ça ne va pas…

Alors, nous, les graphopédagogues, nous avons voulu creuser le sujet :

  • une écriture difficile à relire ;
  • des douleurs aux doigts, au poignet, au cou, au dos ou simplement un inconfort ;
  • une faible efficacité ou lenteur qui pose souci ;
  • un problème de latéralisation… ;

Le rééducateur peut proposer une remédiation à ces symptômes.

A travers des cours réguliers et légèrement espacés, d’un engagement réciproque, d’un travail personnel journalier,  la posture et la gestuelle peuvent être remaniées, la fluidité appropriée et une écriture plus normalisée intégrée (tout en gardant son identité).

Bien sûr, d’autres problématiques peuvent être à l’origine  de ces difficultés. Là aussi, le graphopédagogue a pour ambition de travailler de manière ouverte. Il peut être amené à diriger la personne vers des spécialistes (orthoptistes, ophtalmologues, psychomotriciens, etc…) plus à même d’y remédier.

Le travail se fait en coopération : le rééduqué (avec un accompagnant selon son âge), le rééducateur, et, indirectement, toute personne susceptible d’apporter son aide pour se diriger vers une écriture plus fluide, plus lisible et indolore.

Le déroulement d'une rééducation

La séance initiale

Dans un premier temps, une séance de connaissance et découverte des difficultés est réalisée.

Les cahiers, écrits personnels, sont examinés ensemble. La tenue de crayon, la posture générale et la vitesse d’écriture sont observées.

 La seconde séance a lieu, au plus, 15 jours après.

Les séances suivantes

Elles sont espacées de 3 ou 4 semaines.

Entre chaque rendez-vous, l’élève doit réaliser une série d’exercices donnés en travail personnel.

Ici, une charte d’engagement est signée. En effet, le travail inter-séance doit être sérieux et régulier pour que les progrès soient là.

 A chaque séance, les exercices, les cahiers du jour ou les cours, ainsi que les crayons les plus utilisés doivent être rapportés pour preuve de l’investissement engagé.

En général, une rééducation se fait sur une moyenne de 6 à 8 séances.

Sauf pathologie particulière, elle ne dépasse pas 10 séances.

La séance bilan

 C’est en concertation entre les 3 acteurs de la rééducation qu’est déterminé si la rééducation peut être considérée comme suffisante.

Lors de cette séance, l’ensemble des acquisitions est résumé.

Des points restent toujours à améliorer mais l’élève possède les clés pour les mettre en place.

Aussi, une liste d’éléments à surveiller et de conseils sont proposés afin d’entretenir les apprentissages.

Une séance de confort est conseillée quelques mois plus tard afin de s’assurer de la bonne intégration des changements et d’éventuels points à revoir.

A qui s'adresse la rééducation ?

CP
PLUS DE 60 ANS
LYCEE
CP
COLLEGE

Il n’y a pas d’âge pour rééduquer son écriture !!

La démarche peut-être volontaire.

C’est le plus souvent le cas pour les personnes adultes. Il peut s’agir de retrouver des gestes plus souples et une meilleure lisibilité, de dépasser des sentiments de honte face aux autres, de reprendre des bases oubliées.

Elle peut être indirecte.

Pour les plus jeunes élèves, les enseignants sont généralement les déclencheurs. Ils pointent une difficulté sur la tenue, la posture, la vitesse, la lisibilité et encouragent à se diriger vers des spécialistes.

Pour les élèves collégiens et lycéens, des commentaires de copie tels que « mal écrit », « illisible », « manque de soin », … mettrons en avant un point à travailler sérieusement en dehors des cours scolaires. A ce stade de la scolarité, le geste d’écriture n’est plus à l’ordre du jour !

Aussi, à tout âge, pour des douleurs de nuque, de poignet, de bras, d’épaule, ce peut être un signal d’alerte.

Pour conclure, la rééducation n’est pas réservée à un public spécifique. Du CP ( le savoir lire est nécessaire) au plus grand âge, la porte du graphopédagogue est ouverte !

Petit tour d'horizon en vidéo

Cette vidéo a été réalisée par Anne Gaël Tissot, membre fondatrice du réseau des rééducateurs indépendant.

Pour en savoir plus, n’hesitez pas à aller sur son site !

Fermer le menu